Obazine

Les 3 sports qu’on a testés à New York en 2019

Gourde inox Camille

Le sport a des vertus insoupçonnées : saviez-vous que c’est en s’inscrivant dans une salle de sport de New York que Sabrina, notre fondatrice, a découvert les gourdes en inox et qu’Obazine est née ?

Sport. Gros mot pour certains, nécessité vitale pour d’autres. Ne pas confondre avec le sport évoqué lors des résolutions de janvier, et des « promis juré craché je me remets au sport 5 fois par semaine et j’arrête le pain, le vin et le Boursin jusqu’à l’été prochain ».

Nous, on s’était promis en 2019, non pas d’arrêter les bonnes choses, mais de tester des activités sportives. Car même si on fait plutôt partie du #clubdesfeignasses, on sait que le sport est bon pour nos corps sédentaires et nos esprits occupés.

Est-ce que vous saviez que tous les sports un peu trendy (Dynamo, barre au sol, CrossFit etc) viennent en général des Etats-Unis et encore plus en général, de New York? Les gens sont dingues de sport ici (les premiers cours sont donnés dès 6h du mat’ !), le culte du corps et de la jeunesse une évidence.

Alors, comme nous aussi on veut rester jeunes et (devenir) toniques, on a testé le sport à la New-Yorkaise (sauf le 6h du mat’), à savoir des cours de Pilates Reformer, Barre au Sol et de Barry’s Bootcamp.

Alerte Spoiler (autant vous dire la vérité tout de suite) : aucun de ces sports ne nous a fait perdre du poids ni fondre notre chère cellulite. Rapport sans doute au fait 1/ qu’on aime bien les pizzas et les apéros et 2/ que #clubdesfeignasses un jour, #clubdesfeignasses toujours.

Bref, voici ce qu’on a testé (ceci n’est que notre avis subjectif et n’engage que nous, bien sûr).

 LE PILATES REFORMER

    C’est quoi exactement ?

    Le Pilates Reformer est du renforcement musculaire pratiqué sur cette belle machine à torture là, inventée par Joseph Pilates au cours de la 1ère Guerre Mondiale.

    C’est en fait un chariot roulant avec des sangles et de gros ressorts (= la résistance), qui vient avec des tas d’accessoires sympas (ballons, marche-pied à ressort etc). Tu y travailles tes muscles en profondeur, souvent allongé sur le chariot (du sport allongé ? #clubfeignasseaurapport !), tout en travaillant sur ta posture et ta respiration, dans des cours de maximum 12 personnes.

    Pourquoi on a essayé ? Déjà d’UNE, parce que toutes les mannequins font du Reformer et qu’on est des suiveuses. Et de DEUX, car c’est un vrai classique du sport à NYC : on trouve des clubs de Pilates à tous les coins de rue, pour des prix plutôt abordables !

    Est-ce que c’est dur ? On ne va pas mentir : on ne sort pas essoufflée du Pilates Reformer, et on n’a pas nécessairement des courbatures de la mort les jours qui suivent. Mais c’est aussi ce qui fait que c’est un sport accessible à tous. Maintenant, si on joue avec la résistance (= le nombre de ressorts) pour augmenter l’intensité des exercices, ça peut sérieusement brûler les fessiers !

    Est-ce qu’on a kiffé ? Yes. On adore le Pilates, car on a l’impression de se faire du bien en douceur (on n’est pas fans des jump squats et autres réjouissances des cours de fitness classiques). Puis, les séries d’exercices sont courtes et super variées, donc on n’a pas le temps de s’ennuyer.

    On a testé le Pilates chez AveA Pilates (East Village), Club Pilates (Williamsbourg, Brooklyn), New York Pilates (Soho) et notre préféré reste le club AveA  Pilates!

     

    LA BARRE AU SOL

      Crédit: Maria Inès Langand

      C’est quoi exactement ? La Barre au Sol (telle que pratiquée à NYC) est un cours de renforcement musculaire directement inspiré des exercices de danse classique. Pas besoin de tutu, mais tu pratiques bien devant un mur en miroir et au moyen d’une barre de danse. Squats sur pointes, écarts faciaux, pompes, ça ne rigole pas du tout dans les cours de Barre au Sol !

      Pourquoi on a essayé ? On n’a jamais fait de danse classique étant petites. Alors on était curieuse de savoir si cette activité allait nous permettre de ressembler un peu plus à des danseuses gracieuses et un peu moins à des piquets tout raides.

      Est-ce que c’est dur ? OH MY GOD (je continue ?) Lors des premiers cours, tes cuisses et tes fesses tremblent tant de douleur que tu as l’impression d’avoir chopé un Parkinson fulgurant. Et les quatre jours qui suivent, oublies de pouvoir descendre les escaliers et de t’asseoir dignement.

      Est-ce qu’on a kiffé ? Mitigé. Certes, on a adoré le côté « je suis forte, je me dépasse, j’ai mal partout donc c’est bon signe ? ». Et dans un cours de Barre au Sol, tu ne peux pas faire semblant face à ton miroir. Et ton corps apprécie l’effort que tu lui demandes de faire. Néanmoins, on a trouvé les séries d’exercices bien trop longues et les exercices très répétitifs d’un cours à l’autre. Et puis surtout, mais cela est très subjectif (et peut-être propre à New York), on ne s’est pas senti à notre place. On a ressenti beaucoup de jugements, de regards des autres élèves, toutes plus jolies et sveltes les unes que les autres, et qui te font te comparer à une mignonne petite vache toute raide.

      Nous avons pris des cours chez Pure Barre et The Bar Method, à Williamsbourg (Brooklyn).

      LE BARRY'S BOOTCAMP

      C’est quoi exactement ? Ahh le Barry’s Bootcamp. Il est tellement mythique que c’est l’un des premiers cours qu’on a testé, un dimanche matin pluvieux à 8h du mat’… Imagine que tu es dans une petite pièce à peine éclairée. Autour de toi, des hommes et des femmes MEGA-sculptés. D’un côté tu as des tapis de course, de l’autre des instruments de torture des haltères, tapis et appareils de musculations. Tu comprends vaguement que le cours consiste à alterner course à pied et renforcement musculaire. Bon OK. Et là, la musique, très forte et rythmée, démarre. La lumière devient rouge, tu es à moitié dans le noir aussi. Non, tu n’es pas en boite de nuit. Non la personne qui hurle dans le micro n’est pas le DJ. Oui les 55 minutes les plus longues de ta vie démarrent.

      Pourquoi on a essayé ? Parce qu’on voulait se dépasser et savoir si on était capable de tenir un cours entier (pas de suspense, la réponse est non).

      Est-ce que c’est dur ? TRES. Le mot Bootcamp annonce bien la couleur. L’intensité du cours est très élevée, le niveau d’exigence aussi. Il n’est pas envisageable de ne pas suivre le rythme imposé par le prof., car le cours alterne entre séquences cardio et muscu. Tu peux à la limite juste courir moins vite que ce qu’il t’encourage hurle de faire, mais tu n’es pas là pour trier des lentilles, si?

      Est-ce qu’on a kiffé ? OUI MAIS ON NE REFERA PAS (pas folle la guêpe). On a adoré l’ambiance « musique à fond dans la pénombre » qui te pousse à te dépasser sans réfléchir. Tu ressors cramée, lessivée, mais finalement pleine d’énergie et fière de toi. En revanche, cette activité est trop « brutale » et bruyante pour nous. Mais, dans le même esprit, on a testé et adoré le cours de Precision Run de salle de sport Equinox, qui consiste à courir en fractionné sur un tapis avec un prof: méga efficace pour bruler les calories et évacuer toutes les tensions !

      La conclusion de ces tests :

      • Le yoga c’est quand même beaucoup moins fatiguant
      • Peu importe le sport, ce qui compte c’est d’être actif ! D’ailleurs, on vous donne un de nos trucs : à défaut de faire du sport 3 fois par semaine, on se donne comme défi chaque jour de faire au moins 8 000 pas.
      • Boire, boire, boire, pendant et surtout après le sport, c’est PRIMORDIAL pour mieux récupérer. Dans une jolie gourde, c’est encore mieux !

      Au plaisir de lire ton commentaire!